30 déc. 2015

Mon année littéraire

Et si on faisait un petit bilan de l'année ! C'est toujours sympa. Et puis ça permet d'avoir une vision synthétique de tout ce qu'on a construit (toujours plus que ce que l'on croit, en fait).
Vous me suivez ?


PEDAGOGIE (mon gagne-pain)

Pour commencer, j'ai créé des fichiers d'ateliers d’écriture pour les éditions pédagogiques Edélios. Ces jeux d'écriture accompagnent les élèves dans la production d’écrits en faisant travailler leur imaginaire et en stimulant leur créativité (jeux avec les mots, différents niveaux de langage, figures de style : acrostiche, allitération, ...).

Pour mes amis enseignants ou orthophonistes (ou simplement si vous souhaitez faire faire des ateliers d'écriture à votre enfant), vous pourrez trouver le fichier du cycle 3 (en deux volumes) ici ou , et le fichier du cycle 2 ici


LITTERATURE JEUNESSE (ma passion...)

J'ai sorti coup sur coup le tome 2 de la série Mahaut du Fargis : L'armée des rats (Editions les 2 Encres), L'enfant du séisme (Oskar éditions) et Ma petite soeur du séisme (Pétroleuses éditions).

L'armée des rats :  
 
Alors que la fête du village bat son plein, une femme s'écroule, inconsciente, marquant le début d'une mystérieuse épidémie qui s'abat sur les habitants du Fargis.

Mahaut est alors saisie d'un effroyable pressentiment : cette maladie est-elle vraiment le fait du hasard ? Et que signifient ses cauchemars qui reviennent à nouveau l'assaillir ?
Mahaut et Aurèle, aidés de six autres enfants et de leur fidèle ami Loup, relèvent des indices troublants et décident de rechercher ce qui se cache derrière cette épidémie.
De galeries souterraines en marécages, au cœur d'un village abandonné envahi par des centaines de rats menaçants, ils se lancent dans une aventure qui n'est pas sans danger. Et ce qu'ils découvrent dépasse toutes leurs craintes.



L'enfant du séisme (version roman) et Ma petite soeur du séisme (version album) :

L'enfant du séisme raconte l'histoire de Flore, fillette adoptée en Haïti, qui vit en France avec son papa et sa maman. Elle attend, avec impatience Alexandra, sa petite soeur dont la procédure d’adoption a débuté voilà un an, également en Haïti. Mais le séisme du 12 janvier 2010 à Port-au-Prince va tout chambouler. Commence alors une aventure singulière pour Flore, aventure qui va bouleverser son quotidien, entre bêtises et prises de conscience, entre larmes et joie…

Un dossier à la fin du livre permet d'en savoir plus sur Haïti , le séisme du 12 janvier 2010 et sur l’adoption.





Vous pouvez vous procurer ces romans et album dans toutes les bonnes librairies, ou à la FNAC (ici, par exemple), mais aussi, pour une version dédicacée, les commander auprès de moi : vous pouvez en faire la demande en m'envoyant un mail en cliquant!


MES PROJETS (toujours (trop) nombreux...)

Plusieurs projets sont déjà chez les éditeurs. Mais avant qu'ils ne répondent, c'est long ! Trèèèès long. 
Et encore, faut-il qu'ils répondent "OUI" !
Un aperçu :

Fufu et Mumu - Illustration Kmie
  • Fufu et Mumu (album en collaboration avec Kmie Illustratrice), l'histoire d'une fourmi hyperactive et d'une mouche en surpoids...
  • Sacha sans parler, roman jeunesse qui raconte un moment de vie d'un jeune garçon autiste dans une classe de CM2.
  • Le goût des bananes frites, roman jeunesse où Saraphina, jeune haïtienne ayant toujours vécu à Paris, cherche sa place entre la Cité Paradis et la Cité soleil, entre le Bénin et Haïti, de la route des esclaves aux restaveks...
  • Le serment des sentinelles, roman fantastique, premier tome de la série Jeanne de Mortepaille, où Jeanne apprend par sa chatte Rébellion qu'elle est une sorcière et entame sa formation. Rien que de très banal, sauf que pour Jeanne, les choses ne se passent pas comme prévu.
  • Six yuans maintenant (album en collaboration avec Kmie Illustratrice), l'histoire d'une amitié émouvante entre un homme et sa chienne, qui parle d'amour et d'acceptation de la différence.


  • Jeanne et Rébellion - Illustration Kmie


    D'autres projets sont en cours, certains très avancés, d'autres moins, sur des thèmes qui me sont chers : la parentalité particulière, le handicap, le réchauffement climatique, les droits des animaux, le mariage forcé des jeunes filles africaines, etc. mais aussi des thèmes plus fantastiques ou plus drôles !
    Je ne désespère pas d'en faire de beaux romans jeunesse afin de partager mes idées, mes convictions et mes rêves !



    N'hésitez pas à aller parcourir mon autre blog : Le journal d'une maman (presque) comme les autres, ou de me rejoindre sur ma page Facebook, ce sera avec plaisir que j'échangerai avec vous sur tout et rien, la littérature jeunesse, les confitures, l'adoption, le tricot, les chats...

    A très bientôt

    Sophie



27 déc. 2015

Chats d'écrivains

Aldous Huxley écrivait "Si vous voulez être écrivain, ayez des chats".




Les écrivains qui vouaient une passion aux chats sont en effet nombreux, de Baudelaire à Zola, en passant par Claudel, Cocteau, Colette, Gautier, Hemingway, Hugo, Kipling, Mallarmé, Malraux, Maupassant, Perrault, Poe, Prévert, George Sand... pour n'évoquer que les plus célèbres.


Tous ces auteurs étaient fascinés par les chats, leur beauté et leur mystère.
Ils leur ont d'ailleurs rendu de nombreux hommages.

Maupassant, qui avait créé une ligue pour la défense des félins, écrivait : "Il circule comme il lui plaît, visite son domaine à son gré, peut se coucher dans tous les lits, tout voir et tout entendre, connaître tous les secrets, toutes les habitudes ou toutes les hontes de la maison. Il est chez lui partout, pouvant entrer partout, l'animal qui passe sans bruit, le silencieux rôdeur, le promeneur nocturne des murs creux.



Lilith, la chatte noire de Stéphane Mallarmé, lui a inspiré ces mots : « Je pense que le chat est nécessaire à un intérieur. Il le complète. C’est lui qui polit les meubles, en arrondit les angles, lui qui donne à l’appartement du mystérieux. Il est bien le dernier bibelot, le couronnement suprême».



Ernest Hemingway avait une passion pour les chats, et hébergeait des dizaines de chats dont la plupart avaient la particularité d'avoir six griffes.
Il les observait avec attention, et a écrit : "Le chat est d'une honnêteté absolue : les êtres humains cachent, pour une raison ou une autre, leurs sentiments. Les chats non."



Théophile Gautier lui aussi adorait les chats. Il a beaucoup écrit à leur propos :  « On dirait que les chats devinent l’idée qui descend du cerveau au bec de la plume et que, allongeant la patte, ils voudraient la saisir au passage ».
ou bien encore :
" Conquérir l'amitié d'un chat est chose difficile. C'est une bête philosophique, rangée, tranquille, tenant à ses habitudes, amie de l'ordre et de la propreté, et qui ne place pas ses affections à l'étourdie: il veut bien être votre ami, si vous en êtes digne, mais non pas votre esclave. Dans sa tendresse il garde son libre arbitre, et il ne fera pas pour vous ce qu'il juge déraisonnable; mais une fois qu'il s'est donné à vous, quelle confiance absolue, quelle fidélité d'affection! "

 

Je ne peux terminer cette chronique sans le merveilleux poème des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire :


De sa fourrure blonde et brune
Sort un parfum si doux, qu'un soir
J'en fus embaumé, pour l'avoir
Caressé une fois, rien qu'une.


C'est l'esprit familier du lieu;
Il juge, il préside, il inspire
Toutes choses dans son empire;
Peut-être est-il fée, est-il dieu?

Quand mes yeux vers ce chat que j'aime
Tirés comme par un aimant,
Se retournent docilement
Et que je regarde en moi-même,

Je vois avec étonnement
Le feu de ses prunelles pâles,
Clairs fanaux, vivantes opales,
Qui me contemplent fixement.




Dans un prochain article, j'évoquerai les chats des écrivains étrangers.

Quoi qu'il en soit, sans me prévaloir du talent des auteurs ci-dessus, il m'est devenu impossible d'écrire sans la présence calme et rassurante d'un chat. Jusqu'à présent, c'était Fanchette, ma douce, ma beauté, qui ronronnait à mes côtés...



Conte de Noël : Le maître de chant

Le maître de chant


C'était le jour de Noël.
Un silence inhabituel régnait dans les jardins et la nature environnante.
Dans un coin, un petit oiseau aux plumes rouge et or se lamentait tristement : Lui, le maître de chant, était dans la peine :
Avec sa voix si particulière, il était le seul et unique autorisé à entraîner tous les autres oiseaux et leur donner la note de départ pour leurs trilles et leurs vocalises, à l'origine de la merveilleuse chorale de la nature.




Seulement, ce matin-là, peut-être trop de froid, de vent ou de malchance, notre petit maître de chant avait perdu sa voix !
Il tourna dans le jardin, en cherchant désespérément à la retrouver.
Il  s'approcha de la mare pour s'inspirer du clapotis de l'eau. Mais celle-ci était gelée et seul les craquements de la glace parvinrent à ses oreilles, lui faisant grincer le bec.

Il décida alors de partir jusqu'à l'océan. On lui avait dit que là-bas, le flux et le reflux font un doux bruit. Peut-être pourraient-ils lui redonner sa voix !
Mais arrivé près des falaises, ils constata que les grosses vagues qui se brisaient contre les rochers faisaient un bruit assourdissant.
Je ne retrouverai pas ma voix dans l'eau de l'océan, pensa tristement notre oiseau.
Il longea les falaises et parvint au port. Là, il s'approcha d'un grand trois mats dont les voiles blanches claquaient au vent.
Ce claquement est trop sec, se dit le petit maître de chant, je n'y retrouverai pas ma voix.


Il reprit son voyage, en suivant une voie ferrée. Soudain, Sur les rails, passa un train qui emmenait des voyageurs faire le tour de la terre. La locomotive siffla gaiement : tchou ! tchouuuuuuuu ! L'oiseau sentit ses plumes se hérisser. 
Oh, quel son assourdissant ! Jamais je n'ai chanté comme cela !
Il se laissa porter jusqu'à la grande forêt, mais là, le vent dans les hauts chênes était trop grave et trop fort, et l'oiseau en eut mal à la tête.
Ce n'est pas ainsi que je chante, moi, se dit-il plein de tristesse.

Désespéré, notre petit maître de chant s'envola et arriva dans un village. Là, au centre de la Place des Fêtes, un grand sapin illuminé de lumières clignotantes et de boules de toutes les couleurs l'accueillit avec ses longues branches qui sentaient bon la résine. A ses pieds, des personnes réunies en une foule joyeuse riaient, parlaient, buvaient des chocolats chauds et mangeaient des gâteaux.


Une délicieuse odeur de biscuits de Noël, aux parfums d'écorces d'oranges et de cannelle monta jusqu'à lui. Il n'en fallut pas plus à notre oiseau affamé pour s'enhardir et descendre de branche en branche, tout près d'un banc où était assis un petit garçon qui dévorait les biscuits avec gourmandise.

Le petit garçon s'écria tout à coup:
Regarde, maman, ce bel oiseau qui s'approche de moi. On dirait qu'il veut me dire quelque chose.peut-être, mon chéri, répondit sa maman, mais il a sûrement faim, aussi, ne crois-tu pas ?

Alors, en prenant une voix douce pour ne pas l'effrayer, le petit garçon se mit à chanter tout en s'approchant doucement de l'oiseau ; il émietta un peu de ses biscuits et tendant la main, en jeta de petits morceaux sur le sol. L'oiseau, qui avait voyagé et avait faim, grignota les miettes en un clin d'oeil.


Une fois qu'il eût bien mangé, reconnaissant, il alla se poser sur l'épaule du garçon, comme pour le remercier, curieux d'entendre sa voix douce et claire qui chantait joliment.
Mais oui, c'est ça pensa l'oiseau, la voilà ma voix !
Et il ferma les yeux, goûtant les sons merveilleux qui parvenaient jusqu'à lui. Les notes de musique entrèrent une à une sous ses plumes, et tout à coup, son gosier enroué se dérouilla, sa voix s'éclaircit et notre maître de chant se mit à pépier doucement, puis à sortir enfin des vocalises toutes plus belles les unes que les autres.
Bonjour bel oiseau de Noël, sourit le petit garçon, ravi de l'entendre chanter !



C'est ainsi que notre oiseau retrouva sa voix, et qu'il put entraîner tous les oiseaux des jardins et des forêts à chanter, et qu'ainsi, ces derniers purent accompagner tous les enfants du monde dans les jolis chants de Noël.

Offrez un livre à votre enfant !


Quoi de mieux que la lecture pour ouvrir sur le monde, les rêves, la vie, l'imaginaire...

Deux histoires fantastiques avec la série Mahaut du Fargis (une jeune fille et ses deux amis, Aurèle et Loup, combattent un personnage aux pouvoirs surprenants... Mais Mahaut n'est pas du genre à se laisser faire, et a elle aussi beaucoup de connaissances et un instinct exceptionnel...)

Deux histoires du monde : L'enfant du séisme et Ma petite soeur du séisme, qui racontent l'histoire d'une grande soeur qui attend sa petite soeur par adoption quand survient le séisme en Haïti...

Pour les commander (avec une belle dédicace), vous pouvez me contacter via ma rubrique (dans la colonne de droite de mon blog) "écrivez-moi un petit mot en privé", ou par mail.

9 déc. 2015

Conte de Noël

J'offre un conte de Noël à tout parent qui m'en fera la demande ici, via le formulaire ou sur ma page Facebook.

Le cœur de Léon


Mon conte commence en Norvège, dans un pays du nord de l'Europe. Il raconte l'histoire de Léon, un enfant pas comme les autres.

Léon était atteint d'une maladie très rare. Peut-être même était-il le seul sur terre à en souffrir.
A cause de cette maladie, depuis qu'il était tout petit, Léon vivait enfermé dans une chambre sans lumière, spécialement conçue pour lui. Sa maman y portait régulièrement des blocs de glace dans des bassines, pour maintenir la température de la chambre de Léon la plus fraîche possible.
Heureusement, la Norvège est un pays où il ne fait pas trop chaud.
Léon pouvait sortir parfois, en hiver. Quand il faisait bien froid, quand il neigeait, gelait, ou quand de gros grêlons glacés tombaient du ciel. Mais jamais, au grand jamais, Léon n'avait pu connaître le grand et beau soleil du mois d'août.

Léon avait un cœur en crème glacée.

Il était si triste, notre petit Léon. Si triste parce qu'à tout moment, son cœur risquait de fondre, comme neige au soleil. Si triste aussi parce qu'il ne pouvait pas se permettre d'aimer les autres. Imaginez, les sentiments, ça réchauffe le cœur ! L'amour et l'amitié auraient fait fondre le cœur de Léon aussi sûrement que le soleil d'août !

[...] A suivre 

 

8 déc. 2015

L'enfant du séisme dans le Top 15 du blog SophieLit

La blogueuse et auteure Sophie Adriansen a relevé quinze livres importants dans son année 2015. Je la cite : "Comme, à défaut de croire encore au Père Noël, je ne cesse de penser qu’il n’est de cadeau plus original, plus personnel et plus personnalisé qu’un livre, je partage ici cette liste : qui sait, peut-être y trouverez-vous de quoi piocher et mettre sur vos listes à vous, ou directement sous le sapin !"

Et parmi ces quinze livres, on trouve mon Enfant du séisme !

Je ne peux que vous engager à suivre son conseil ;-)

Rendez-vous sur l'excellent blog de Sophie, ici !

L'enfant du séisme. Oskar éditions

Une maman particulière

Un très bel article sur les raisons qui m'ont poussée à écrire L'enfant du séisme !

L'Echo Républicain du 6 décembre 2015