11 août 2019

fête comestible


Jour de fête à Biscuitville. Monsieur le Maire, gros champignon orgueilleux et rougeaud à la moumoute sel et poivre posée sur son crâne d'oeuf, présente le programme d'une voix onctueuse :

A 10 h, prix du mixeur d'or

A 11h, bataille de chantilly

A 12h, Atelier rue Sésame pour bricoler les brocolis

A 15h, concours du plus long jeté de noyaux d'olives vertes






De jolies majorettes au cou enturbanné d'une fraise couleur framboise balancent leurs guibolles comme de longues frites pré-cuites. La petite Charlotte, qui n'est jamais à cours de compote, ajuste sa culotte en croquant une biscotte.
Un riverain bourguignon fait un boeuf avec quelques amis enfarinés.


Un mariée en robe de meringue a l'air d'une quiche, constate, amer, son époux pruneau... euh... Bruno. Puis il s'explique :

- Si Annie aime les sucettes à l'anis, on est marri !
Les chaussettes de l'élu Gui, mauves, attirent l'oeil des chalands venus festoyer.
Dame Tartine, à la margarine, bouquine un livre de cuisine et s'écrie :
- Que de coquilles, en ton sein, Jacques!
Ce dernier, vexé, finit par trancher.
- Filons, ça tourne vinaigre ici.
Puis, la fête touchant à sa faim, il interpelle ses enfants, pas trop ravis :
- Au lit !

7 août 2019

écriture, enfant et écologie ;-)

À part l'écriture (Et mes filles, bien sûr), j'ai une autre passion : l'écologie ! Alors quand je peux lier les trois, je ne me gêne pas : j'ai écrit ce conte écologique dont le manuscrit a été relu et validé par mes filles. Elles ont d'ailleurs été sans pitié (c'est l'âge 😱) !



Le projet ours blanc



j'y parle de #réchauffementclimatique, d' #ourspolaire, d'#auroreboreale, de l'acharnement de deux enfants à trouver des solutions même si elles sont un brin #fantastiques ! 

Vous l'avez lu ?


#leprojetoursblanc #conteecologique #arctique #oursblanc #vertpommeeditions 

#savetheplanet #vismaviedauteurjeunesse #vismaviedauteurécolo #mesfilles 
#lectrices #lectureengagée #litteraturejeunesse


🐻🐻🐻

Depuis, je me suis lancée dans un nouveau projet qui traite aussi de la défense de l'environnement, avec un sujet sensible qui me tient à coeur. Ce nouveau roman paraîtra aux éditions Le Muscadier au premier trimestre 2020. 

Allez, un petit indice pour vous présenter l'une des protagonistes de l'histoire…




Vous voyez ? 😃
Mais pour l'instant, chuuuuut ! 🙊 


A bientôt, pour en savoir un peu plus sur ce nouveau roman plein d'actions et d'émotions… 

Bises 
Sophie

PS N'oubliez pas de lire, c'est la meilleure façon de vivre plusieurs vies !

5 juil. 2019

Jeu d'écriture : les bouts rimés

Pour bien commencer nos jeux d'écriture, je vous propose les bouts rimés



C'est tout simple :


Voici un poème à trous. Rédigez les quatre vers manquants en respectant la même longueur (douze syllabes).Vous pouvez employer les mots entre parenthèses pour la rime ou en choisir d'autres. Puis inventez deux autres vers, avec une rime de votre choix. Enfin, donnez un titre à votre poème.



La nuit en manteau noir qui descend doucement,     (imprévoyant, pliant, riant, Morbihan, flamboyant, fainéant...)

______________________________________________________________________________

Dans mon lit je me tourne, sans trouver le sommeil   (vieille, bouteille, pareil, oreille, soleil, conseil, corbeille…)

______________________________________________________________________________

Et puis je sombre enfin, des rêves plein la tête,         (quête, conquête, arrête, fête, comète, planète, poète...)

______________________________________________________________________________

Dans les bras de Morphée je coule et m’abandonne (brouillonne, pharaonne, pionne, trombone, bonne, téléphone…)

______________________________________________________________________________



______________________________________________________________________________



______________________________________________________________________________

______________________________________________________________________________

A vous ! Vous pouvez écrire votre poème dans les commentaires.



Un petit plus : abonnez-vous à mon blog pour recevoir directement l'information des jeux d'écriture qui auront lieu (en moyenne) tous les quinze jours.

Au travail !!! 😃

5 avr. 2019

Le Printemps du Livre de Montaigu, le retour !

Cette année, grande joie, je retourne au salon du Printemps du Livre de Montaigu. J'en garde un tel bon souvenir, que je ne peux que me réjouir…

La dernière fois que j'y étais allée, c'était il y a deux ans. J'avais vecu quelques moments inoubliables que j'avais consignés dans mon blog (que je tiens à jour quand il me tombe un bras, mais c'est un autre sujet).

J'en garde un souvenir très ému, entre mon voyage en train qui m'a donné quelques suées, ma voisine de dédicace qui est célèbre mais que je ne connaissais pas (la plouc qui débarque), ma rencontre avec Gonzague Saint Brice qui a bien failli mal tourner, et la nuit où j'ai cru que mon oreiller était une brioche vendéenne.

Je vous mets en lien les épisodes de la dernière virée… Et me prépare à écrire le cru 2019, que j'espère aussi riche en rencontres, dédicaces et fous-rires.

liens vers les articles de l'an dernier :
épisode 1 : le voyage
épisode 2 : Boulevard du Palais
épisode 3 : Brice Saint Gonzague (ou est-ce le contraire ?) 
épisode 4 : Christine Angot et la nuit sur une brioche vendéenne
épisode 5 : Sophie versus Geronimo

Vous viendrez me voir, au fait, à Montaigu ? 😉

28 déc. 2018

Ecrire un roman avec ses émotions

Bonjour,

Ecrire, finalement, c'est quoi ?
Coucher des mots, laisser filer des idées de sa tête à sa plume (ici, en l'occurrence, à son clavier), ordonner et structurer les images mentales qui se bousculent de plus en plus (car j'ai constaté que plus on écrit, plus on a d'images en tête… ce qui ne facilite pas toujours le travail par trop d'éparpillement), compiler tous ces textes en chapitres, en parties, en roman…

D'accord.



Mais au-delà de l'écriture, il est une chose qui fait se mouvoir toutes nos cellules grises dans une direction plutôt qu'une autre : ce sont les émotions.

Moi, j'écris à l'émotion.

Plus précisément, j'ai besoin d'être émue pour écrire. Mes émotions me portent, me transportent, me libèrent. Elles ouvrent la vanne de la retenue créative que j'ai en moi et qui peut se montrer très capricieuse.
Cette retenue, nous l'avons tous. Une sorte de mare, qui contient tout et son contraire, notre imaginaire, notre créativité, nos folies, et que nous maintenons close par souci des convenances, par timidité, par écrasement du quotidien, surcharge mentale, censure, obligation, rigueur, par peur ou mille autres choses.



Je le vois dans mes ateliers d'écriture pour adultes (avec les enfants, c'est encore différent) : il faut peu de choses pour ouvrir la porte et que coule l'imagination. D'ailleurs, il est faux de dire que les adultes ont moins d'imagination que les enfants : les enfants n'ont pas les barrières que nous, grandes personnes, élevons en endossant notre rôle.
Mais qui a dit qu'être adulte était être sérieux ? Peu imaginatif ? Peu créatif ?
Ca aussi, je le vois dans mes ateliers d'écriture : quel que soit l'âge, le sexe, l'éducation, l'humeur, la personnalité, le tempérament de l'écrivant, quand on se lâche, on se lâche. Et quels résultats !







Bref ! Ecrire à l'émotion. Mais comment ?




Emotion, ça veut dire "mettre en mouvement". On ne peut pas faire plus adapté à la problématique de l'écriture, non ?
Se mettre en mouvement. Mettre en mouvement sa pensée, ses connaissances, ses sentiments… Mettre en mouvement ses doigts sur le clavier. Mettre en mouvement les mots qui défilent sur l'écran et notre œil qui les suit.
D'après Darwin, l'émotion est perçue comme un "motivateur qui influence le choix d'une personne en réponse à une situation interne ou externe. Quand ces situations sont récurrentes, elles entraînent des réactions d'abord volontaires qui peuvent devenir réflexe à force de répétition.
C'est ce que vit l'écrivain qui écrit à l'émotion : A force de s'émouvoir de tout et de coucher par écrit ce qu'il ressent, ça devient un réflexe. Les émotions sont à la fois le carburant, le moteur, le sujet, la motivation, l'aboutissement et l'objectif… Incroyable, non ? (ben non, en fait, si on y pense bien). Elles agissent sur nos comportements quotidiens, nos choix et nos perceptions. Elles peuvent rendre la communication plus efficace (ah, tiens !) et mobilisent les capacités perceptives et imaginatives (re-Ah tiens !). Elles rendent attentifs à la force et à la complexité de la vie (re-re-Ah tiens !)…

Mais oui ! Le travail de l'écrivain n'est-il pas de plonger dans cette complexité ? de mobiliser ses capacités perceptives et imaginatives ? Et de communiquer ?




Pour écrire mon dernier roman jeunesse, Les pointes noires, j'ai mis deux ans. J'ai récrit cinq fois le roman.
L'histoire est très personnelle, et j'avais déjà quelques émotions en réserves pour me porter. Je me suis bien sûr immergé dans le monde de la danse classique que je connaissais peu.  J'ai assisté à des séances, visionné des films, des vidéos, des interview, rencontré des danseuses, découvert l'opéra, les concours, les vêtements, les chaussons, les pointes, tout ce qui fait ce monde si particulier de la danse, et qui a potentialisé mes émotions.
Au final, après deux ans de difficultés (et d'émotions sans cesse contradictoires), est sorti un livre qui, au bout de trois semaines, était déjà en réimpression. Les retours des lecteurs, jeunes ou moins jeunes, évoquent principalement les émotions.
Malgré mes craintes, le transfert a réussi.



Maintenant que je suis tirée d'affaire pour Les pointes noires, mon bouillon d'émotions s'est porté sur un autre thème : J'ai récemment vu une vidéo, qui m'a fait pleurer comme une madeleine. J'aime tout dans ce court-métrage : le sujet, qui me tient à cœur, le scénario, les personnages, la chute, la dédicace de fin qui m'a tiré les larmes. La réaction secondaire (c'est à dire celle qui est venue après les larmes) à mon émotion a été quasi-immédiate : j'ai décidé d'écrire un roman sur ce nouveau sujet (un peu éloigné de ce que j'écris habituellement, mais pas de mes convictions), en peaufinant mon scénario, en choisissant avec détails mes personnages, mon héros… 

Mon émotion première - la tristesse - s'est transformée en une autre : une grande joie : celle d'en apprendre le plus possible sur le sujet, de poser les décors et mettre en scène, d'habiller intérieurement et extérieurement mes personnages, puis d'écrire, écrire et encore écrire.

Juste histoire de revivre ces émotions.
Et de les partager.


13 août 2018

Les lectures de la Diablotine: La justicière du CM2 de Sophie Noël

Une chronique sympathique sur mon dernier roman, la Justicière du CM2, l'histoire d'un jeune garçon autiste qui peine à trouver sa place dans une classe de CM2.




Retrouvez en suivant le lien ci-dessous toute la chronique de la Diablotine :
Les lectures de la Diablotine: La justicière du CM2 de Sophie Noël: Résumé : Quand Sacha, un jeune garçon autiste, rejoint sa nouvelle classe de CM2, personne n'imagine que tout va devenir aussi co...


Vous pouvez trouver ce roman dans toutes les bonnes librairies (et le commander, s'ils ne l'ont pas en stock), ou encore à la FNAC, sur Amazon ou n'importe quelle librairie en ligne.

31 juil. 2018

J'aime lire Max : Le cadeau de May

J'ai testé une nouvelle aventure littéraire : écrire dans un magazine jeunesse.




Mes enfants ont été abonnés à Mes premiers J'aime Lire, puis à J'aime Lire. J'avais abonné toute ma classe de CM2 à J'aime Lire Max...
Bref, depuis 40 ans, des générations d'enfants ont découvert le plaisir de lire avec ces magazines, plongeant les jeunes lecteurs dans le monde merveilleux de la lecture.





Pour moi, y écrire un texte avait quelque chose d'un peu inaccessible.
Alors, quand j'ai envoyé mon manuscrit, je n'y croyais pas tout à fait…
Je savais que mon texte, original, très documenté et travaillé, respectait à la lettre les recommandations précises données par Bayard : découpe en paragraphes, nombre de signes (ici, 30 000 à 32 000), enjeu fort qui touche les enfants dans leur quotidien ou provoque de l'émotion.


Imaginez ma joie quand j'ai reçu une réponse enthousiaste du premier comité de lecture !



Oui : premier comité de lecture, puisqu'il y a plusieurs étapes (et donc plusieurs comités de lecture) à franchir. Ce n'était donc pas encore gagné. C'était  même plutôt angoissant. A chaque étape franchie, je voyais mon cadeau de May se rapprocher du but, mais je n'ai été tranquille que le jour où j'ai signé mon contrat avec Bayard jeunesse…






J'aime Lire Max n° 236 est sorti fin juillet. Dedans, La cadeau de May, mon histoire qui se déroule en Chine, au bord du Lac Tarim, raconte l'amitié entre un pêcheur solitaire et une jeune fille handicapée. Ce qui les lie, c'est aussi la fidélité de leurs chiens, Hoa Mi et son fils Li-Ping.








Si vous le lisez, dites-moi ici ou sur ma page Facebook ce que vous (et votre enfant, surtout) en avez pensé.

Très bonnes lectures ❤




(illustrations de Mini Ludvin)

28 juil. 2018

Le prix Ravinala de l'Océan Indien pour La saveur des bananes frites


Mon roman La saveur des bananes frites a remporté le prix RAVINALA de l'Océan Indien (Madagascar).

De nombreux échanges par mail, une rencontre par Skype, des idées, des vidéos, des BD, des montages photos… créées par les jeunes autour des bananes frites… Un vrai bonheur de découvrir leur travail et l'intérêt qu'ils portent à la littérature !

Un grand merci à tous ces jeunes et à leurs enseignants, ainsi qu'à l'Alliance Française à Madagascar pour leur enthousiasme et leur travail.